Et la fois où je dînais en tête à tête avec une tortue

Je vous ai déjà parlé du fait qu’on me trouvait brave de partir seule, et que franchement, c’était loin d’être la fin du monde. Par contre, je dois avouer qu’au tout début, ce que je redoutais le plus, c’était l’heure des repas! En effet, se balader et visiter toute seule, c’est une chose; prendre place seule à une table et passer tout un repas avec une chaise vide devant soi, c’en est une autre!

Enfin, c’est ce que je trouvais, du moins au début. Combien de fois j’étais presque embarassée de confirmer au serveur que « oui, c’est juste pour une personne »! Combien de fois je trouvais le temps long entre l’entrée et le plat principal, puis entre le plat et le dessert à regarder autour de moi sans savoir que faire! Il faut dire qu’au cours de mes premiers voyages, je n’avais même pas de smartphone pour faire semblant d’être occupée…

J’ai aussi eu affaire à des serveurs qui me disent que c’est complet ou que les tables en terrasse sont réservées, clairement parce que ça les fait tout simplement chier, disons-le,  de « gaspiller » une table que pour une seule personne! Vous direz peut-être que je suis parano, mais j’ai eu cette forte impression quelques fois, et ce n’est pas plus mal car qui a envie d’encourager un endroit comme ça? Mais en général, les restaurants tentent plutôt de me trouver un petit coin sympa et s’assurer que tout se passe bien pour moi!

Mais ce qui me sauve vraiment, c’est ma fabuleuse liseuse! Car oui, j’ai parlé du smartphone, mais après avoir fait le tour de mes notifications, je n’ai pas spécialement envie de traîner plus longtemps sur mon téléphone… Par contre, lire tranquillement en sirotant un verre de vin tout en attendant les différents plats qui se succèderont, ça, c’est parfait! La preuve:

On pourrait coire qu’on me paie pour faire du placement de produit tellement ma liseuse apparaît toujours dans le coin de mes photos de repas!

Quoi demander de plus, vraiment? Non seulement ça occupe, mais ça détend et j’en oublie presque l’attente! Je dis bien liseuse et pas livre, car c’est quand même plus pratique à une table qu’un bouquin qu’on doit tenir ouvert et changer les pages tout en mangeant! Honnêtement, depuis que j’ai ce petit bijou, les repas ne sont plus une source d’ennui ou de malaise, mais de pure détente!

Parfois, en plus, le roman colle parfaitement à ce qu’il y a sur sa table!

Mais alors, que vient faire cette tortue dans mon histoire? En fait, en étant seule, parfois les serveurs prennent un peu plus le temps pour nous parler, ou de s’assurer que tout va bien comme je le disais plus haut. Alors que je retournais pour un deuxième soir consécutif dans un restaurant de Dubrovnik (c’était bon et le décor était joli, avec de la musique live et tout et tout!), un serveur a décidé que je ne devais pas passer mon repas en solo, m’a fait dégager la liseuse, avant de m’installer le menu, une chandelle, et une belle tortue avec une feuille de salade en apéro. Voilà, j’avais ma date de la soirée!

Mon compagnon qui m’a finalement abandonné après l’apéro…

Je dois avouer que l’idée m’a quand même traversé l’esprit que le serveur avait eu pitié de moi, mais j’ai préféré en rire et me prêter au jeu. J’ai fini par apprendre que la tortue était un peu leur mascotte, qu’ils la baladaient même parfois sur une voiture téléguidée, donc qu’ils l’aimaient beaucoup!

Bref, j’étais en fait une cliente privilégiée, juste parce que j’étais toute seule!

Dudy (qui a parfois de la compagnie pour ses repas!)

Et la fois où toute chance de devenir végétarienne un jour était anéantie

Je ne sais pas si c’est parce que je suis à la diète que j’ai envie de parler encore de bouffe, ou si c’est la grisaille qui me donne envie de retourner sous le soleil de l’Espagne, mais je vais partager avec  vous mon super week-end de carnivore à Salamanca. Enfin, mon samedi de carnivore, car je dois avouer que le dimanche, j’ai quand même eu besoin de prendre un break de protéines…

Quand je voyage, j’essaie de jeter un coup d’œil sur Internet pour dénicher des restos sympas, ou au moins éviter des attrapes-touristes. Ce n’est pas toujours concluant, mais parfois, c’est aussi le jack pot ! Je peux être un peu difficile sur la bouffe, je ne mange pas de poisson ni de fruits de mer, ce qui peut me limiter. Mais pour de la bonne viande, je suis là ! Et Salamanca avait de quoi me contenter (et me faire grossir !).

Midi : CUZCO Bodega

J’avais lu qu’ils avaient de bon tapas, et ça me semblait l’idéal pour luncher! En voyant les prix sur la carte, j’ai pris peur car je pensais que pour 3.80, j’aurais un petit bout de viande sur un bout de pain (comme j’avais déjà mangé à San Sebastian). Je me lance quand même, je prends deux ou trois trucs avec un petit verre de vin… et je me retrouve avec des morceaux de viande plutôt normale! Mais c’était si bon, si tendre, que je voulais en commander encore et encore! Mais bon, j’ai essayé d’être raisonnable, enfin juste assez pour éviter l’explosion sur les trottoirs de Salamanca! Voici donc un petit aperçu des tapas dégustés:

088-cuzco-bodega

Burrito de canard confit

089-cuzco-bodega

‘Solomillo Iberico’ avec fromage de chèvre

086-cuzco-bodega

Filet de porc à la sauce aux champignons

085-cuzco-bodega

‘Pluma Iberica’ au Pedro Ximenez

090-cuzco-bodega

J’ai un peu honte, mais j’ai pris un déssert!

On aurait pu croire que je n’aurais jamais plus eu besoin de manger après ce repas, mais il faut croire que j’ai un appétit (ou une gourmandise?) sans limite, et en plus, on mange tard le soir en Espagne alors j’avais eu le temps de bien digérer en découvrant la ville, et faire de la place pour une nouvelle expérience culinaire en soirée!

Soir: Bordadores 12

Je me disais que j’avais eu trop de chance le midi, que le soir ne pourrait pas être aussi bien… mais je faisais erreur! Je me suis régalée à nouveau: entrée, plat et… non pas de dessert, je n’en pouvais plus! Mais du bon vin, quand même! Voici donc de quoi ça avait l’air:

161-bordadores-12

Un délicieux risotto aux asperges en entrée

162-bordadores-12

Une savoureuse pièce de boeuf qui n’aurait jamais dû finir

Après ça, je me suis roulée jusqu’à l’hôtel, le ventre plein et les papilles régalées. Et la conviction que même si je le voulais par principe, jamais je ne pourrais me passer de manger de la viande…

Dudy (la carnivore)

unnamedPour toutes mes photos de Salamanca qui ne sont pas que de la bouffe, c’est ici!