Et la fois où je pensais vomir dans la Baie d’Ha Long

Je commence à avoir quelques pays d’Asie sur ma petite carte du monde, et les gens s’étonnaient toujours de ne pas y voir apparaître le Vietnam. Ça faisait longtemps qu’on m’en parlait, surtout de la fameuse Baie d’Ha Long; c’est donc en avril dernier que j’ai décidé de remédier à la situation en partant avec quelques membres de ma famille. Je suis partie le 1er avril, mais croyez-le ou non,  je vous jure que ce n’est pas une blague : je l’ai fait en voyage organisé !

En fait, je m’incrustais dans un voyage organisé depuis le Québec, question de pouvoir rejoindre ma mère et ma tante sur place, mes partners de voyage par excellence. Je me suis dit que pour une fois, je n’aurais pas à me casser la tête avec la logistique et que je pourrais profiter un peu plus en me laissant guider. En plus, on avait un super guide local et pour une fois je pouvais comprendre un peu plus l’histoire et le contexte du pays que je visitais grâce à lui!

Bref, quelques jours après notre arrivée au Vietnam, nous allions donc embarquer en matinée sur le bateau qui nous ferait traverser ce site mythique faisant d’ailleurs partie du Patrimoine mondial de l’Unesco.

Notre beau bateau qui a mis les voiles juste pour se la péter le temps d’une photo!

Pour notre première journée, le ciel était plutôt nuageux et ne nous offrait pas la lumière nécessaire pour profiter de la Baie dans toute sa splendeur. C’était quand même plutôt impressionnant de traverser tous ses îlots (plus de 1500 !), à travers lesquels les bateaux pourraient facilement y jouer à cache-cache, tellement la Baie est vaste.

Notre premier aperçu de la Baie d’Ha Long

Une fois les amarres larguées pour le reste de la journée, nous avons pu faire une première excursion jusqu’à la grotte de Hang Luan. En prenant une petite barque, on passe pas une petite ouverture dans la pierre qui nous mène à un lac au mileu de l’îlot rocheux. C’était tellement beau et on avait tellement cette impression de grandeur que même notre groupe de joyeux lurons a fini par contempler en silence le paysage. Certains se plaisent à dire que ce serait dans cette grotte que James Bond cache son bateau dans  le film Tomorrow Never Dies… même si en vérifiant les sources, on apprend que tout a été filmé en Thailande et non au Vietnam où il est censé se trouver!

L’entrée de Hang Luon

Retour au bateau, un plateau d’ananas bien frais et juteux nous attendait, parfait pour déguster tout en regardant le soleil se coucher sur la Baie. Enfin, je dirais plutôt dévorer à en être malade vu la quantité que j’ai engloutie, même si ce n’est pas encore à ce moment là que j’ai voulu vomir !

Coucher de soleil sur Ha Long

Le lendemain, réveil aux aurores avec une petite session de stretching, tai chi et massage. Le soleil était cette fois au rendez-vous pour la journée!

Lever de soleil sur Ha Long

Après le petit-déjeuner, nous sommes doncs aller visiter Hang Sung Sot, aussi appelée la Grotte des Surprises. C’était la première fois que je visitais une grotte aussi immense, et j’ai bien apprécié la balade qui permettait de l’explorer avec ses lumières colorées qui mettait en valeur les différentes formes et reliefs de la grotte.

On est ensuite retournés au bateau et on a nagivué pour rentrer doucement au port, cette fois avec le soleil pour des photos beaucoup plus satisfaisantes, qui n’ont toutefois pas réussi à capturer toute la beauté et l’immensité du lieu.

 

Mais alors, à quel moment au milieu de tant de beauté ai-je bien pu avoir envie de vomir? Non, ce n’est ni le mal de mer ni les prix prohibitifs du bar à bord qui m’ont donné mal au coeur, mais bien les odeurs de gasoil.

Malheureusement, les bateaux remplis de touristes qui envahissent la Baie sont loin d’être eco-friendly, et l’odeur entêtante du fioul vient un peu gâcher le tableau. J’ai eu beau essayer d’en faire abstraction, après le repas du soir et les fenêtre de la cabine ouvertes, j’ai eu la nausée au point de devoir sortir de table et aller m’appuyer sur la rambarde, tête au-dessus de l’eau et n’osant pas rentrer à ma cabine… Ce n’est pas ce qui nous vient en premier à l’esprit en pensant à Ha Long, non? En attendant, on peut seulement espérer qu’un jour, les bateaux seront plus propres et redonneront tout le charme qui est dû à un tel panorama.

D’ailleurs si vous avez envie de voir de jolies images de la Baie d’Ha Long (sans odeur!), faites comme moi récemment et regardez le (pas très récent) film Indochine. Par contre, je dois dire que je ne sais pas ce que j’ai trouvé le plus beau entre les paysages dans le film et Vincent Perez du haut de ses 27 ans!

Vincent Perez dans le rôle de Jean-Baptise (Indochine) © Jean-Marie Leroy/Sygma/Corbis

Vous pouvez aussi regarder le nouveau King Kong qui y a également été filmé, mais ce sera tout de suite moins glamour…

Dudy (qui n’a pas trouvé Jean-Baptise à Ha Long)

unnamedPour toutes les photos de Ha Long et ses environs, c’est ici!

Et la fois où je faisais un pique-nique sur un glacier

Après avoir visité le bout du monde, je me suis envolée pour El Calafate ou m’attendait ce que je prévoyais être mon plus gros défi de vancances: le Big Ice, alias la randonnée sur le glacier Perito Moreno. Moi qui avais peur de ne pas être à la hauteur physiquement, le Big Ice a pourtant été plus qu’à la hauteur de mes attentes et s’est finalement avéré être le highlight de mon voyage!

Les commentaires étaient plutôt unanimes sur ce tour : malgré le prix et la difficulté physique, il fallait le faire. Et donc, je le fis ! La journée s’annonçait plutôt tristounette, avec des nuages gris et une petite pluie fine… mais ça n’allait pas empêcher que notre premier arrêt au Mirador du Parc National Los Glaciares pour observer le glacier Perito Moreno me laisse un souvenir inoubliable. On s’entend que, en tant que Québécoise, j’en ai vu de la neige et de la glace dans ma vie, et plus que pas assez si vous voulez mon avis ! Mais je n’avais jamais vu de la neige et de glace former un ensemble aussi beau en pleine nature : ce bleu incroyable au travers du blanc formant une masse immense au milieu d’un paysage sans neige… Mais ce qui m’a le plus impressionnée, c’est le grondement et le grincement du glacier ! Si les autres touristes le permettent, on regarde le glacier dans le silence, quand tout à coup le « tonnerre » du glacier se fait entendre, et j’en étais hypnotisée!

Vue depuis le Mirador

Vue du Perito Moreno depuis le Mirador

J’ai quitté le mirador, un peu à reculons je dois dire, pour aller prendre le bateau qui nous menait au point d’accès du glacier.

175

Enfin, il fallait marcher une bonne heure pour se rendre à notre point de départ, et selon moi, c’était la partie la plus physique car souvent en montée et avec tout le groupe en file indienne et les crampons à la main (pas de place dans mon mini sac à dos). Mais nous longions le glacier, et sa vue et l’anticipation d’y marcher me poussait à aller de l’avant gaiement. J’étais tout de même bien contente d’arriver, tout en sachant que ce n’était que le début de la balade! Nous avons enfilé les crampons, nous nous sommes divisés en plus petits groupes, et malgré ma peur irrationnelle que le glacier ne cède sous mes pas et que je disparaisse dans l’eau glacée, nous avons abordé le Perito Moreno.

090

Les formes fantomatiques en longeant le glacier

Après un court topo sur la manière de marcher, grimper ou descendre, je me suis rendue compte que ce n’était pas si difficile que ça après tout! Nous avions donc 3h devant nous pour arpenter les formes du glaciers, traverser ses failles, admirer son horizon, chanter Let It Go en se prenant pour la Reine des Neiges, et juste profiter du fait de se retrouver dans cet endroit si particulier au milieu de nulle part.

119-dudy

♪ Let it go, let it go… I’m one with the wind and sky! ♪

photo-by-adam-3

Parfois on a quand même besoin d’un petit coup de main!

Une fois bien au centre du glacier, avec la famine qui se faisait sentir, nous avons pu nous installer pour manger nos lunchs assis sur la neige. Le soleil faisait apparition depuis un moment au travers des nuages, alors le temps était plutôt agréable! C’est un sentiment un peu absurde que de se retrouver assise dans la neige au milieu de nulle part, avec mon petit plat de pâtes à la sauce tomate cuisiné la veille… on est loin du pique-nique au Champs de Mars en été!

141

De la belle neige et le soleil qui se joint à nous

Nous avons poursuivi notre marche encore un moment, en passant par un tourbillon naturel d’eau au milieu du glacier, et en remplissant nos bouteilles d’eau directement à la source! Quoi de mieux pour se sentir en harmonie avec la nature?

C'est pas le plus pur des bleus ça?

C’est pas le plus pur des bleus ça?

147

Quand il n’y a que de la neige et des montagnes autour de toi…

C’est encore un peu à reculons, encore, que nous avons dû nous diriger à nouveau à la limite du glacier: il était temps de quitter la neige et les crampons. La route pour retourner jusqu’au bateau m’a semblé 3 fois plus longue qu’à l’aller, malgré le fait qu’elle était en descente; sans doute mes jambes qui commençaient à me faire la gueule après l’effort! Mais en remontant sur le bateau, une petite surprise nous attendait…

Whisky et chocolat pour terminer laventure

Whisky et chocolat pour terminer l’aventure, quoi de mieux?

En fait si, il y avait moyen de faire mieux: rentrer à l’auberge, prendre une bonne douche, et aller dévorer un excellent repas au Buenos Cruces avec un demi de vin avant d’aller dormir!

180-buenos-cruces

Big Ice = Big Faim!

Ça, c’est ce qu’on appelle une belle journée bien remplie! Je n’avais jamais vécu une telle expérience dans un tel envrionnement, et j’en garde un souvenir inoubliable.

Dudy la Reine des Neiges

unnamedPour toutes les photos du Big Ice et de la ville d’El Calafate, c’est ici!